Jean-Pierre David
30 rue Capdeville
33000 Bordeaux
05 40 00 90 37

jeanpierre.david@neuf.fr

Vidéo (démonstration de gravure sur Plexiglas)
Blog
Page Facebook

ident.jpg

Jean-Pierre David
30 rue Capdeville
33000 Bordeaux
05 40 00 90 37

jeanpierre.david@neuf.fr

Vidéo (démonstration de gravure sur Plexiglas)
Blog
CV (lien direct)

On pourrait croire que le temps donne du recul sur sa vie et que les émotions s’émoussent … C’est sans doute vrai tant qu’on ne les dérange pas.

Commençons par une visite guidée.

 

Mon profil.

Je ne vois rien de remarquable à signaler sur le plan physique.

Plus ou moins destiné à vivre seul, je chéri aujourd’hui cette solitude si indispensable à ma concentration.

A plusieurs périodes de ma vie, j’ai vécu en ermite. Une courte expérience de vie en couple m’a permis de comprendre que si je voulais être une « belle » personne, je devais le faire en conservant une distance respectable.

J’ai un penchant égocentrique, mais sans entourage pour l’encourager, il reste supportable.
Ma présence sociale est proche de l’invisibilité et j’ai une attirance pour les marginaux.
Ma définition de la réussite ou de l’accomplissement diffère des critères établis. Il s’ensuit une dichotomie entre moi et l’argent ou le vedettariat, accompagnée de quelques difficultés matérielles mais aussi d’une plus grande sérénité exempte de frustrations.
Je me suis aménagé une vie dans le domaine du possible. Mes aspirations sont régies par le même principe.
Avec d’autres moyens, on pourrait transposer cette vie dans un contexte plus luxueux, mais je crois que pour l’essentiel, elle ressemblerait beaucoup à la précédente dans son déroulement quotidien.
C’est le principal avantage de vivre dans sa tête.


Mon plus lointain souvenir un crayon à la main remonte à l’enfance. Je me vois dans la salle à manger appliqué à dessiner un portrait historique tiré du Dictionnaire Larousse (peut-être Henri IV, mais là, je ne jurerais pas). Mon frère, assis à coté de moi se prête au même jeu. Je suis désolé, je n’ai pas de traces visuelles de cette période pré-artistique.

 

Laissons passer quelques années et reprenons au moment ou je suis appelé sous les drapeaux.
De cette façon, je vous évite l’épisode désastreux du lycée technique en Bâtiment, conséquence directe de mon souhait exprimé auprès d’un conseillé d’orientation de pratiquer le dessin. Je vous passe également le passage éclair dans une institution privée, vouée à occuper un parterre féminin aisé dans l’attente d’un mariage fortuné.
Il va sans dire que ces deux approches n’étaient pas adaptées pour me former sur un plan artistique.
Mon salut vient du passage à l’uniforme pendant le Service National et de la nécessité de voyager léger. Un simple rotring et quelques feuilles de papier ont suffi pour me tailler une réputation sans heurt particulier malgré l’aspect irrévérencieux de mes sujets au sein de l’état-major et de mes condisciples. Le temps et l’accoutumance aidant, j’ai lentement glissé de la subversion vers un embryon d’interrogation artistique, voire, existentialiste.

(voir mes dessins militaires)
De retour au foyer parental, j’étais doté d’un petit pécule de créations originales que je me suis appliqué à étoffer avant de passer les portes d’une galerie.

 

Coupé du monde artistique jusqu’alors, j’ai reçu un accueil poli, mais frileux. J’ai obtenu que mes dessins soient exposés dans le hall d’entrée mais sans évènement ou explications particulières pour accompagner l’accrochage. Ce lieux faisant également office de magasin de fournitures pour les Beaux-Arts, je suppose qu’il y a eu du passage, mais je n’ai pas eu d’échos et encore moins de ventes.

Je vous laisse imaginer ma déception au lendemain d’une telle expérience. J’ai décidé peu après d’aborder la gravure sur cuivre. L’objectif était de rendre rentable une pratique gourmande en temps par la multiplicité des tirages. J’ai eu le mérite de tenir deux ans en aplanissant unes à unes les difficultés liées à cette technique exigeante du burin sans le moindre conseil extérieur et sans documentation. Je me suis appris à graver, mais aussi à imprimer, ce qui représente un deuxième métier. Le dernier obstacle restait cependant d’écouler le produit obtenu.

 

Avant l’apparition d’internet, isolé dans une ville ou à la campagne, sans ressources pour échafauder des projets, les galeries trop inaccessibles, tous ces paramètres réunis ont fini par me dissuader d’insister.


J’ai mené une vie plus conventionnelle avec en alternance des périodes de travail et de chômage pendant plusieurs années en gardant la gravure comme loisir. J’ai connu l'expérience de la vie en couple pendant trois ans.
Avec le recul, je pense que je ne me suis pas complètement identifié à la personne qui vivait cette vie. J’étais juste un pas de coté pour me regarder évoluer selon des règles qui conviennent à la plupart d’entre nous, mais me laissaient un arrière goût d’incomplétude an fond de la gorge.

 

Le hasard m’a remis sur le bon chemin. Hasard d’une promenade et de quelques chutes de Plexiglas déposées sur un trottoir. Le lien avec la gravure c’est imposé à mon esprit et l’envie d’essayer ce nouveau support m’a permis de renouer avec l’Art. Comme à cette période je n’avais rien de mieux à faire, je me suis lancé à corps perdu et j’ai même décroché des commandes.

Cela fait maintenant 23 ans que je me suis fixé en centre ville dans un espace de 25m/carrés. Je m’y sens un peu à l’étroit mais confortablement installé. Toute ma production sur Plexi s’est faite ici.
J’ai participé à de nombreux Salons à travers la France en binôme avec mon frère qui m’a apporté son soutien pour des questions d’intendance que je n’aurais pu assumer seul.

 

La pandémie a ensuite imposé de nouvelles règles. Nous sommes tous les deux âgés et les voyages seront plus rares et moins lointains.
J’ai profité de cet isolement supplémentaire pour entamer un nouveau chapitre.

Les techniques traditionnelles laissent place peu à peu à un outil plus contemporain et c’est désormais à la pointe du stylet que je dessine sur un écran d’ordinateur en déléguant la partie « impression » à des professionnels.

 

Voici pour le déroulement.

Comme je n’imagine pas vivre une autre vie, je n’ai pas de regrets. Je comprendrais cependant que celle-ci puisse paraître insipide aux yeux des plus entreprenants d’entre vous.

Une personnalité plus extravertie aurait sans doute tiré un meilleur parti des évènements. J’ai pu constater un réel engouement pour mon travail et ce qui me fait encore plus plaisir, auprès de tous les publics.

La principale difficulté vient de ce que les gravures représentent un bien dispensable et peu ancré dans nos racines culturelles. Il faut inlassablement expliquer la technique pour tenter de redorer son blason, comme si une œuvre d’art devait être financièrement inaccessible pour avoir une vraie valeur.

 

Je suis un contemplatif. Je me nourri de l’observation et plus le temps s’écoule lentement, plus j’apprécie. Une transformation de mes perceptions s’opère pour alimenter une vision onirique qui se met en place tout aussi lentement. Vouloir brûler les étapes reviendrait à tronquer cette vision et l’œuvre qui en découle serait incomplète. J’ai choisi inconsciemment des techniques de longue haleine. Une aquarelle réalisée en quelques minutes ne serait pas en harmonie avec mon esprit et ce dernier n’aurait pas le temps de se mettre en route. Je pense que le sommeil participe activement à ce processus. Je progresse par imprégnation et j’ai eu mes plus belles idées à l’orée du réveil.
C’est un état magique ou vous êtes bombardé d’images toutes plus magnifiques les unes que les autres mais également fugaces, presque insaisissables. Cet état singulier vous procure l’impression que vous êtes éloquent et que tout ce que vous pourriez faire serait magistralement intelligent. Malheureusement, cela s’estompe avec les dernières brumes du sommeil et votre esprit clairvoyant retrouve sa lucidité habituelle.
Avez vous vous aussi connu ce type d’expérience ?

CV

Jean-Pierre David

Né le 28 octobre 1960 à Bordeaux

 

1982
Première présentation en public de quelques dessins lors d'une exposition informelle à la Galerie Condillac à Bordeaux

 

1983
Une amie met à ma disposition les murs de son magasin de décoration pour une exposition personnelle de l'ensemble de mes dessins.

1984
Réalisation de mes premières gravures sur cuivre au burin.
En parallèle, j'ai présenté mes dessins dans différentes expositions accessibles aux artistes non-professionnels, ou j'ai obtenu quelques prix :

- 1986 - Premier prix de dessin au concours organisé par l'Ordre International des Artistes Créateurs à Strasbourg.
- 1988 - Médaille d'Argent de la ville de Bordeaux au salon de l'Atelier 70
- 1991 - Premier prix de gravure à la Veme Biennale des Arts Plastiques de la ville de Marennes
- 1992 - Troisième prix au concours de Dessins et Peintures organisé à la Galerie Tatry à Bordeaux
- 1995 - Médaille d'Or de la ville de Talence

2001
Inscription à la Maison des Artistes

2008
Cette année marque le début de nombreuses participations à des Salons et expositions collectives énumérés comme suit :

  • Salon d'Art Naturaliste organisé par le Muséum d'Histoire Naturelle et la ville de Bordeaux en 2008 (obtention du 2ème prix du jury et prix du public).

  • Salon International de la Gravure de Morhange en Lorraine en 2008 et 2017.
    ( Collection de la Médiathèque de Metz en 2008).

  • Concours international d'Ex-libris et d'oeuvres graphiques de petits formats de Sint-Niklaas en Belgique en 2009. (130 images sélectionnées sur 1015 envois de 447 participants provenant de 47 pays).

  • Concours 8ème MONDIAL de l’ESTAMPE et de la GRAVURE ORIGINALE, Triennale de Chamalières (Puy-de-Dôme) en 2010. (523 artistes de 86 pays).

  • Salon d'Art Animalier du Festivale Ornithologique de Ménigoute en 2010 et 2016. (les Deux-Sèvres).

  • Exposition collective, Galerie Atelier 17, 17 rue de l'Arc de Triomphe, 75017 Paris en 2011

  • Exposition collective Biennale de l'Estampe de Magné en 2011, 2013, 2015.(Marais Poitevin).

  • Salon National des Artistes Animaliers de Bry-sur-Marne en 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019. (obtention de la Médaille d'Argent de la Ville en 2012).

  • 5ème Salon des artistes naturalistes de Fontainebleau en 2011.

  • Exposition collective, 9 ème Biennale "l'Art animalier" au Centre Culturel de Saint-Pierre-lès-Nemours en 2012.

  • Exposition collective Triennale de Gravure en taille-douce de LISLE-SUR-TARN en 2012 et 2015

  • Exposition 7ème Marché régional de l'Estampe à Cotignac (Var) en 2012. (voir vidéo)

  • Participation au Livre "Les Oiseaux" vus par les Artistes Contemporains - Éditions Abbate Piolet. (voir le site)

  • Exposition collective "Salon d'Art Contemporain La Puce des Arts" à Hendaye (2ème édition) et à Bayonne (13ème édition) en 2012.

  • Exposition collective 7ème Triennale "Salon Gravure Passion" à Saint-Maur des Fossés en 2012. (obtention du Prix "Art et Métiers du Livre").

  • Exposition collective "Le monde animalier" Galerie Agora à Eyguières en 2013.

  • Estampadura, Triennale Européenne de l'Estampe Contemporaine en 2013 et 2016.

  • Concours "Rat d'Art Volant" Exposition d'Art organisée par la Fédération Française de Spéléologie à Millau en 2013.

  • Exposition personnelle Galerie La Traversée, Librairie Du Levant à Bayonne en 2013.

  • Participation d'une gravure au Scriptorial d'Avranches pour l'exposition "Victor Hugo et la Mer" en 2013.

  • Invité d'honneur au 32ème Salon Artistique régional de la Vallée de l'Eure à Maintenon (voir vidéo) en 2013. Deuxième participation en février 2018

  • Exposition collective Salon International de Peinture de Clairac (Lot-et-Garonne) en 2013, 2014, 2015.

  • Exposition collective 39ème Salon "Art et Matière" à Maisse (Essonne) en 2014.

  • Exposition collective Salon "Pointe et Burin" à la Fondation Taylor (Paris) en 2014 et 2019.
    (réalisation d’une gravure sur commande pour vente en souscription)

  • Exposition collective au château des Tourelles à Le Plessis Trévise en 2014.

  • Exposition en binôme Galerie 170 à Poitiers de novembre 2014 à janvier 2015.

  • Festival d'Art Contemporain à Arros de Nay (prés de Pau) sur un week-end en 2015 et 2022.

  • Exposition collective 34ème Salon d'Art Plastique de la Vallée de l'Eure à Maintenon en 2015.

  • Exposition collective Salon Aranima à la Galerie Thuillier à Paris en 2015.

  • Exposition collective Galerie Artquest à Paimpol en 2015.

  • Exposition personnelle ID'Cadre, Espace Tena à Villenave d'Ornon en 2016.

  • Campagne de financement participatif sur la Plate-forme ULULE en 2016.

  • Biennale de gravure à Aiguillon à l'occasion de la fête de l'estampe en 2017, 2019, 2021.

  • Exposition collective Galerie 5F à Bordeaux à l'occasion de la fête de l'estampe en 2017.

  • Exposition collective Galerie Castelnau de Montmiral (Tarn) en 2017.

  • Exposition collective Salon Anima-Libri de Montreuil-Bellay en février 2018

  • Exposition collective Art-Graulhet à Graulhet (Tarn) en 2018.

  • Exposition personnelle à la librairie-galerie « Quai des livres » à Bordeaux en mai 2018.

  • Exposition collective au « Vieux Phare » de Penmarc’h en Bretagne en 2018.

  • Exposition collective dans le cadre d’un festival médiéval à Parthenay (Deux Sèvres) en 2019.

  • Exposition personnelle au Théâtre « Le Liburnia » à Libourne en novembre 2019


 

Exposition permanente :

Galerie 170 à Poitiers (voir site)
Galerie Arts et Regards à Pessac (Gironde) (voir site)
Arcolrelle, Artothèque Art et Métiers d'art à Renne (voir site)

Galerie Atelier Saint-Romain à Rouen